Accueil » Critiques/ analyses Anime » Bleach : memories of nobody (Kaze)

  • noter cet article :

Bleach : memories of nobody (Kaze)

vendredi 30 janvier 2009, par Shinmanga


Autant le dire tout de suite, dans la majorité des cas, je n’aime pas les films d’animation adaptés de séries animes/mangas.

Les films ne sont que trop souvent des ersatz des séries. Une pale copie d’univers complexe. Malgré tout, je suis quand même sensible à ces films d’animation, et j’espère toujours me tromper…

Certains films ont tout de même réussi à me convaincre, comme le film de Full metal alchemist (conqueror of Shamballa) ou le film d’Escaflowne (même si j’avoue avoir été déçu, le film avait le mérite d’adopter une approche originale par rapport à la série, puis au niveau de la réalisation, il n y avait pas grand-chose à redire). Mais revenons à ce film, qui sera présenté en avant première française au festival d’angoulême, « Bleach memories of nobody ».

Sans faire de jeux de mot, ce film porte bien son nom. « Bleach memories of nobody » est un titre dont on ne se souviendra sans doute pas… Si je me suis relevé sans pitié pour la dernière OAV de Dragon Ball, je suis malheureusement obligé d’en arrivé aux mêmes conclusions pour ce films au scénario on ne peut plus linéaire, à l’animation plutôt moyenne dont l’univers ne réalise au fond qu’un copier coller de la série (copier coller musical et pour les personnages on prend les quelques personnages charismatiques de la série, on les fait apparaître deux ou trois minutes le temps d’un combat (a cet égard, Yoruichi a disparu ?) et tout va pour le mieux pour le meilleur des mondes comme dirait Pangloss de Voltaire)

Mais de quoi parle ce film de Bleach ? A dire vrai, sans vous dire de quoi parle la série, il est très difficile de vous présenter le film (Ichigo et RUkia se transforme en Shinigami sans plus d’explication, et le bankai est utilisé avec un naturel déconcertant). Il est donc nécessaire que je resitue un peu le contexte (et vous verrez à cette occasion tout le parallèle entre la série et le film).

Ichigo, jeune garçon quelque peu rebelle, dispose de la faculté de voir des êtres de l’au de là (un peu comme Watanuki dans XXX holic). Alors qu’un hollow (en quelques sortes des âmes qui se sont égarées du droit chemin, semblables aux yokai du folklore japonas et prenant l’apparence de monstre) fait son apparition, une shinigami dénommée Rukia intervient. Les Shinigamis appartiennent à une autre dimension du nom de Soul Society et s’assurent du bon équilibre des choses, combattant les hollow et sauvant les âmes égarées. Rukia confère à Ichigo une partie de ses pouvoir et Ichigo se retrouve Shinigami à son tour combattant tous les hollow sur son passage. Le film se situe après la « première partie » de la série, à savoir le combat entre Ichigo, ses amis contre la Soul society (je ne rentrerais pas dans plus de détail à ce niveau). Lors de ses différents affrontements Ichigo a ainsi développé son « Bankai ».

En effet, pour combattre, les shinigami disposent d’une arme appelée Zanpakuto. Cette arme « matérialise » en quelque sorte leur pouvoir (feu, glace, rapidité, poison etc…) par l’intermédiaire d’une arme blanche (couteau , lance, sabre etc… un peu comme dans Flame of recca, ou de manière plus éloignée, les stands, représentation de la psyché, dans Jojo’s bizarre adventure). Si les shinigamis disposent d’un premier niveau d’attaque, les plus forts d’entre eux (les capitaines de division, protégeant la soul society, cousins éloignés des chevaliers d’or de Saint seiya, et quelques vice capitaines) peuvent utiliser le bankai, technique suprême permettant de concentrer un maximum d’énergie en une attaque. Ichigo ne maîtrisera véritablement le bankai qu’à la fin de la première partie de la série anime.

J’ai pris le temps d’expliquer ces quelques éléments puisque vous retrouverez dans ce film de Bleach la soul society, une explication plus que sommaire sur l’univers de Bleach, l’utilisation du bankai, les capitaines etc… Une petite présentation pour déblayer le monde de Bleach me paraissait donc nécessaire.

Pour en revenir à notre film, notre cher Ichigo se retrouve face à un événement qu’il ne comprend pas. Des âmes à la forme étrange (tout droit sorties d’un mononoke hime) font leur apparition, ainsi qu’une jeune fille s’apparentant à une shinigami. Un homme revêtue d’une armure apparaît lui aussi l’espace d’un instant. La shinigami balaie l’espace et tout redevient alors normal. Ichigo, accompagné par Rukia tente de comprendre auprès de cette shinigami du nom de Senna la scène qui vient de se dérouler sous ses yeux, d’autant que la connexion avec la Soul society est rompu. Après moult communication, allez retour, nous apprenons que du fait d’un clan rejeté par la Soul society, dirigé par un certain Ganryu, la Soul Society et le monde des humains sont amenés à fusionner et disparaître. Ichigo doit trouver l’origine de cet événement et stopper les plans de Ganryu.

Sans vous gâcher la surprise, il est possible de vous indiquer à tous que ce film de bleach suit le schéma suivant : événement mystérieux
— > amitié entre Senna et Ichigo —> capture de Senna par Ganryu —> Libération de Senna par Ichigo , en utilisant bien sur son Bankai et bien sur grâce à l’aide de ses amis, surtout les plus appréciés du public japonais (histugaya, zakaki kenpachi ou Byakuya). Pas vraiment folichon me direz vous…

Au-delà de la narration, les combats sont quant à eux sans grand intérêt, ne faisant reprendre qu’en quelques secondes (cela va peut être jusqu’à 3 ou 4 minutes) le coup fatal de chaque personnage (le must est tout de même Byakuya, qui apparait sur la Jacquette du film, mais que l’on ne voit que 5 secondes pour faire son bankai que nous aimons tous Senbonzakura Kageyoshi ).

En bref, scénaristiquement parlant, mis à part le personnage de Senna dont la personnalité est assez fraîche, énergique et dont le background n’est pas dénué d’intérêt, ce film de Bleach est creux et sent le produit commercial à 100 kilomètres. Même les ennemis ne sont pas franchement convainquant (car qu’on le veuille où non, je mets quiconque au défi de me prouver que ce qui a fait le succès de la première saison n’est pas la présence des capitaines de division, méchant, mais pas si méchant, personnages charismatiques et puissants(je reprends le parallèle avec les chevaliers d’or), à mille lieues des énnemis dans ce film, concept que l’auteur à tenter de reprendre non sans difficultés dans la dernière saison de Bleach avec les Espada ).

Comme si cela ne suffisait pas, le choix a été fait de conserver dans sa quasi-totalité l’OST (la musique) de la série.

Si tout ce que je viens d’expliciter n’est au fond pas quelque chose de « rare » pour les adaptations de films de séries commercialement à succès, les films tentent en général d’atteindre un niveau d’animation irréprochable. Certes, je n’ai pas remarqué de réutilisation de planche, mais tout de même, le tout manque trop souvent de punch et d’énergie (surtout pour une série comme Bleach, qui répose, à l’instar d’un Soul eater sur des scènes d’actions dynamiques). Concernant l’animation, ma critique sera moins acerbe que sur le scénario, car tout de même, certains décors sont vraiment de qualité, et l’animation reste fluide.

J’aimerai vous dire que Bleach, Memories of nobody est un grand film. Hélas, Hélas… ce n’est vraiment pas le cas. Si vous souhaitez découvrir l’univers de Bleach, préférez lui vraiment la série (et par pitié,le début de la série, la série se détournant langoureusement et progressivement sous de très mauvais auspices) – J’entends déjà les commentaires critiques à mon égard comme ce fut le cas pour mes critiques d’œuvres de Mayu Shinjo me jugeant souvent trop dur avec certains titres (mais pour reprendre les propos de Jiji dans les bronzes font du ski « quand c’est mauvais, c’est mauvais). Si vous souhaitez voir un bon film d’animation, achetez la traversée du temps, et si vous voulez un bon film d’animation avec de l’action penchez vous sur vampire hunter D (le bloodlust 2001 et pas celui datant un peu maintenant) ou les premières OAV de Kenshin (et surtout pas le film Ishin shishi qui n’est également pas recommandable)


  • Digg
  • Del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • Technorati
  • Live
  • Scoopeo
  • Wikio
  • Furl
  • Blogmarks
  • Reddit
  • Mister wong
  • Viadeo

Portfolio





Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs TopOfBlogsHit-Parade Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...)
E_article_principal>